Anniversaire de l'adoption par notre pays d’une loi reconnaissant la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité.

Publié le par PRG 78

Le 30 janvier 2006, le Président de la République a annoncé que désormais, le 10 mai serait la date anniversaire de l’adoption par notre pays d’une loi reconnaissant la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité.
 
L’esclavage a été défini par la convention de Genève de 1926 comme la condition de l’individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété. En France, il a fallu attendre un décret de la Convention du 4 février 1794 pour le voir officiellement interdit et un décret du 27 avril 1848 pour que cette abolition devienne enfin une réalité. Il a pourtant laissé des marques profondes dans notre histoire collective.
 
Le PRG condamne l’esclavage perpétré pendant plusieurs siècles par les Européens à travers le trafic d’humains entre l’Afrique et les Amériques. Avec la Loi Taubira, la traite négrière et l’esclavage constituent désormais un crime contre l'humanité.
 
Nous devons tirer les leçons du passé et favoriser un devoir de mémoire salutaire pour notre pays. Reconnaître l’horreur de l’esclavage, c’est accorder enfin la place qui leur revient dans l’Histoire de France aux victimes de ces pratiques et à leurs descendants ainsi qu’aux acteurs de l’abolition.
 
Les commémorations qui se sont déroulées le 10 mai ont été l’occasion de célébrer la liberté. Au cœur de cette valeur de liberté figure la croyance que la liberté individuelle de chaque être humain est la valeur suprême. Cet idéal peut être atteint par des grandes luttes mais il revient à chacun dans son comportement quotidien de le faire avancer.
 
Chaque fois que nous luttons contre ces pratiques, nous faisons progresser l’humanité. Chaque fois que nous luttons pour améliorer la justice entre les êtres humains, nous faisons reculer cette force inhumaine de l’obscurité. Ces enjeux doivent nourrir notre mémoire et susciter notre mobilisation permanente à chaque instant.
 
Le combat contre la discrimination et l’asservissement est une lutte d’aujourd’hui car le racisme frappe toujours des milliers de personnes en France et l’esclavage sévit encore dans le monde. Nous devons dépasser la célébration pour travailler encore au progrès de l’humanité et au service de l’égalité des individus.
 
Aujourd’hui, cette affirmation des valeurs de liberté et d’égalité est essentielle pour la cohésion nationale, l'amour de la France et la confiance en l’avenir.
 
Eddie AIT
Président du PRG 78
Conseiller Régional d'Ile-de-France

Publié dans Actualités

Commenter cet article