JRG. Projet de loi Sarkozy : une nouvelle étape dans le racisme ordinaire

Publié le par PRG 78

Depuis le dérapage de 1991 sur "le bruit et l'odeur", le RPR/UMP se complaît dans la contradiction et la médiocrité. Quel crédit accorder à Chirac lorsqu'en 2002 il arguait en 2002 être notre "rempart contre le racisme et la xenophobie" ? Un opportunisme qui ne s’arrête pas là. En effet, plusieurs fois nos dirigeants actuels ont essayer de « ratisser » large en essayant de séduire l’électorat Lepeno-villieriste. Ces déclarations que la presse présente comme des dérapages verbaux sont en réalité des manœuvres pour séduire cet électorat d’extrême droite.
Rappelons nous des dernières frasques de Nicolas Sarkozy avec des formules telles que : « nettoyer au karcher » ou « racailles ». Desormais il clame : «Si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter», cette phrase qui n’est pas sans rappeler le slogan de Philippe De Villier : « La France, tu l'aimes ou tu la quittes ».
 
Et voilà qu’à la veille des présidentielles de 2007, Sarkozy réitère et propose un nouveau projet de loi : "L'immigration choisie", une étape supplémentaire vers un electoralisme primaire. Les nouvelles dispositions de cette loi ont pour but de durcir les conditions d’immigration grâce à des mesures telles que :
- La fin de la régularisation automatique après dix ans de présence en France
- La carte de séjour temporaire supprimée en cas de licenciement.
- Le délais pour le regroupement familial rallongé de 6 mois et les conditions durcies
- Un visa de long séjour obligatoire après le mariage avec un Français. Pourquoi rien n'est fait à l'encontre des employeurs voyous utilisant la manoeuvre clandestine ?
 
Grâce à ces mesures Sarkozy espère faire croire aux Français que l’immigration va diminuer. L’immigration officielle c’est certain, mais qu’en est il de l’immigration clandestine ? Si ce projet de loi se concrétise de plus en plus d’immigrés seront en situation irrégulière et précaire. La fermeture du centre de Sangatte illustre bien la méthode Sarko : du médiatique sans fond. Actuellement, après la fermeture devant les caméras , des centaines de Kosovars errent sans but dans Calais. Et l’immigration ne cesse pas, chaque jour, plusieurs dizaines de nouveaux arrivants affluent, espérant passer en Angleterre.
 
Hier soir, un jeune Malien à déclaré : « Vous pouvez électrifier vos mers si vous voulez mais nous essaieront de passer quand même, c’est une question de vie ou de mort ».
 
Notre devoir de republicains de gauche est la vigilance face à ces dérives. Chacun à le droit de mener une vie de famille et professionelle normale. Les solutions sont à trouver à l'echelle européenne, l'aide au développement étant une condition absolue à toute politique de maitrise des flux migratoires.
 
L'humanisme radical nous incite à refuser "l'immigration jetable" version Sarko-Lepen.

Commenter cet article